Antoine-Jean-Louis de Tardy

Antoine-Jean-Louis de Tardy, Vicomte de Montravel, deuxième du nom de la branche dite de Joyeuse en Vivarais, né à Joyeuse le 7 mars 1823. Fils aîné de Antoine-Maurice de Tardy, Vicomte de Montravel et de Fanny du Rouchet de Chazotte-Carrière. Elevé par son père et par des maîtres d’agréments, il alla successivement à Paris, Lyon et Grenoble, pour y suivre des cours de littérature, de droit, d’histoire naturelle et de botanique. Il parcourut pendant deux ans, avec des professeurs, les Alpes dauphinoises et la Savoie, y recueillant les plantes qui devaient former son très complet herbier français.

Rentré à Joyeuse au commencement de l’année 1848, il fut élu à l’unanimité membre du conseil municipal de cette ville; mais il refusa, après le coup d’état, de prêter le serment à Napoléon III et fut, pour cette cause, tenu en suspicion pendant tout le temps de ce règne. Réélu à la chute de l’empire, mais pour peu de temps, il resta le chef du parti conservateur en qualité de président des comités catholiques et du conseil de fabrique.

Il se fixa dans sa maison paternelle de Joyeuse où il s’adonna entièrement à l’histoire de la noblesse du Vivarais, à celle des paroisses de ce diocèse et à d’autres travaux archéologiques. Parmi ses travaux ce fut à l’histoire de sa propre famille qu’il donna tous ses soins, et ce ne fut pas sans peine qu’il parvint à la reconstituer par des recherches patientes, continues et considérables. C’est grâce aux documents nombreux et aux titres authentiques qu’il a pu réunir, qu’il a dressé cette complète généalogie, conforme en tous points à l’histoire et à la tradition.

Le 12 août 1854, une lettre de félicitations lui fut adressée par le ministre de l’agriculture au sujet du mémoire qu’il avait été chargé de faire, sur l’enquête agricole et industrielle, dans le Vivarais.

Il fut nommé successivement:

  • Membre de la société archéologique de France et inspecteur des monuments historiques pour l’Ardèche, par diplôme du 2 mai 1856.
  • Membre de la société des sciences et des belles lettres de l’Ardèche, le 20 mars 1859.
  • Membre de la société linnéenne de Lyon, le 13 février 1860.
  • Membre de la société zoologique d’acclimatation, le 2 novembre 1860.
  • Membre de la société des belles lettres de la Loire.
  • Membre de la société archéologique de la Drôme.
  • Membre honoraire du conseil héraldique de France, le 2 mars 1892.
  • Membre de l’Istituto araldico italiano de Rome qui le gratifia de sa décoration.

Le 3 janvier 1861, il avait fait dressé un acte de notoriété du titre de Vicomte.

Il a épousé, à Lyon, par contrat du 10 janvier 1861, Demoiselle Marie-Amélie Vétillard du Ribert, née à Lyon le 11 novembre 1835.

Antoine-Jean-Louis décédera en 1909 au château de Blou à Thueyts (Ardèche).

Les enfants nés de son mariage sont: