Basilique Notre-Dame de Bon Secours

Histoire

Julien GINESTE, Sieur Delille (ou Delile), né à Montredon, hameau de la commune de Lablachère, le 26 février 1641, fils de Gaspard Gineste, gendarme de la garde du roi, médecin plus ou moins diplômé mais apprécié de ses compatriotes comme un bienfaiteur public, demeurait à Paris où il avait épousé noble demoiselle Marie Anne de Paulet. S’étant retiré du service après le traité de Nimègue en 1678, il vint habiter dans sa maison paternelle où il donne des soins et remèdes charitablement, sa femme le secondant généreusement.

Ces deux époux, fort pieux, avaient apporté une statue de la Sainte Vierge pour la placer et l’honorer dans leur demeure. Statue en beau noyer sculpté, œuvre d’un imagier habile du XVIIe siècle, elle représentait la reine du ciel tenant le sceptre de la main droite et de l’autre l’Enfant-Dieu, drapée majestueusement et souriant avec bonté.

Un jour, le Sieur Delille, dans une de ses tournées de malades, passe au bord du plateau de La Raze[1] par le chemin du Péage. Son cheval s’abattit soudain et fut pris dans les étriers, sans qu’il lui fût possible de se dégager, ni son cheval de se relever. Voyant tous ses efforts infructueux et la situation devenant critique, il fit le vœu d’élever dans cet endroit une chapelle et d’y placer sa statue. A l’instant, le cheval se releva et put continuer sa route.
Une fois tiré du danger, le Sieur Delille ne pensait plus à son vœu, lorsque l’année suivante, repassant au même endroit, son cheval s’abattit de nouveau dans une crevasse du rocher et il se trouva dans le même danger. Se rappelant alors son vœu, il le renouvela avec promesse de ne pas différer de l’accomplir et aussitôt il fut dégagé.

Les Grads

Fidèle cette fois à sa promesse, il fit construire à l’endroit même une petite chapelle étroite et oblongue, éclairée par une lucarne, le tout ayant une superficie de seize mètres carrés. Il y transposa sa statue et mit la chapelle sous le vocable de Notre-Dame de Bon Secours. L’acte de fondation fut passé la même année que le deuxième vœu, le Sieur Delille ayant alors 39 ans, devant Maître Rodilly Laval, notaire royal, le 10 mai 1680. La permission de l’évêque est en date du 5 mai précédent. La première pierre fut posée le Dimanche des Rameaux 22 mars 1682, presque deux ans après la fondation, par Jean Rodilly, curé de Lablachère et la chapelle achevée fut bénite par le même, délégué par Monseigneur de Suze, évêque de Viviers, le 8 septembre de la même année. Le curé Rodilly célébra donc sa première messe dans la chapelle ce jour-là.

 

 

 

Chapelle originale

Les fondateurs se réservèrent la nomination du chapelain, qui fut Jean Rodilly curé de Lablachère et ainsi qu’une clef pour leur permettre d’aller prier quand bon leur semble.
Les curés de Lablachère administrèrent la chapelle de 1682 à 1777, n’y disant que trois messes par an.
En 1691, M. Rodilly se retire de son ministère (dernier acte dans la paroisse) à cause de ses infirmités mais vivra encore une vingtaine d’années et décédera vers 1712. Il est remplacé en 1691 par M. Cornihlon, prêtre, qui sera nommé curé de Lablachère le 24 avril 1692.
Le 22 mars 1709, M. Gros, curé de Lablachère et nième successeur de M. Rodilly, est assassiné à Chalencon sur la route de Notre-Dame. On découvrit les assassins quelques heures après seulement, à 500 m, une force secrète les ayant retenus malgré eux.
Le 2 avril 1711, Marie-Anne de Paulet, femme de Julien Gineste, décède et est inhumée dans la chapelle de Notre-Dame de Bon Secours le lendemain 3 avril.
Le 17 février 1713, Le Sieur Delille étant veuf, nomma pour chapelain, M. Daurebonne (ou D’Aurebonne), curé de Lablachère.
Le 26 novembre 1713, le Sieur Delille décède à l’âge de 72 ans et est inhumé le 27 novembre dans la chapelle de Notre-Dame de Bon Secours. Son légataire universel fut M. Daurebonne, selon acte rédigé deux jours avant sa mort par maître Guigou, notaire.
Par son testament, le sieur Delille remet à la chapelle toutes les sommes qu’on lui doit. la moitié des sommes qu’on lui doit devra être consacrée aux réparations qui pourraient être utiles au sanctuaire. Il assigne une rente annuelle à payer aux pauvres, le 8 décembre, fête de l’immaculée conception et enfin les deux époux demandent que leurs corps reposent en ce lieu vénéré.
Après la mort du Sieur Delille, le marquis de Chanaleilles de la Saumès, obtint du neveu Michel Delille, le patronage et la clef de la chapelle. le 6 juin 1714, lors de la visite canonique de l’Église Saint-Julien de Lablachère, L’official-commissaire, Messire Jean-Joseph Chabert, curé de Largentière se rendit à la chapelle et la décrivait ainsi:
« Elle a environ seize pas de longueur sur dix de largeur. Elle est bien voûtée, blanchie et pavée d’un glacis fort propre. L’autel est du côté de l’orient dans un arceau voûté pareillement peint et blanchi; il est pourvu des ornements nécessaires au service divin ».
Messire Guillaume-Joseph de Chanaleilles, Comte de la Saumès, voyant qu’après presque cent ans depuis la fondation, le concours des fidèles allait toujours en augmentant et que les miracles étaient plus fréquents, pria l’évêque, monseigneur Joseph Rollin Morel de Mons, d’accorder un prêtre pour desservir exclusivement la chapelle. Monseigneur envoya Pierre Richard pour chapelain en titre, qui prit possession le 1er août 1777. Il avait été heureusement choisi, vicaire de Rosières, originaire de Joyeuse, appartenant à la famille qui possédait et avait fait don du terrain sur lequel avait été bâtie la chapelle ainsi que tous les alentours. Il se mit aussitôt à défricher les terres, consentit à quelques échanges favorables à l’œuvre, bâtit des maisons et fonda le hameau de Notre-Dame. Ensuite il s’occupa de construire une église et un presbytère et pendant les travaux il reçut l’hospitalité au Château de la Saulmée.
Ces travaux débutèrent en 1783.
Cette nouvelle chapelle ou église, quoique très petite, était à trois nefs. Peut-être mal construite, fermée pendant la Révolution Française, mal entretenue, soixante ans plus tard elle menaçait déjà ruine.
M. Richard eut beaucoup à souffrir pendant la révolution, obligé de se cacher, ayant été dénoncé par un de ses parents furieux de voir qu’il consacrait toute sa fortune à l’œuvre de Bon Secours. Arrêté, conduit à Joyeuse, il fut rendu à la liberté par l’intervention de toute la population de la ville.
En 1829, quoique âgé, il entreprit la construction d’une nouvelle église, sur un plan grandiose et digne d’un pèlerinage devenu célèbre, mais sa mort arrivée le 28 janvier 1830 laissa l’œuvre à peine commencée.
M. l’Abbé Jean-Antoine Boisson, qui lui avait été donné comme coadjuteur, devint en 1830 le chapelain de Bon Secours. Il continua son œuvre qu’il ne pût voir achevée, étant mort le 24 août 1835, âgé de 66 ans.
Aussitôt après sa mort, M. l’Abbé Deschanels, de la paroisse de Payzac devint le dernier chapelain, le pèlerinage ayant été par décision de Monseigneur Hippolyte Guibert, évêque de Viviers, confié aux Oblats de Marie-Immaculée, qui achevèrent l’église, firent un beau clocher et de nombreux embellissements. Sur le clocher ils dressent une statue de la Vierge, reproduction de la Médaille Miraculeuse, qui fait face à la montagne cévenole dans un paysage vallonné où vignes et oliviers lui rappellent sa Galilée natale. Dans son dos, s’étend la garrigue, véritable forêt de rochers et d’arbustes où se dressent d’antiques dolmens.
M. Deschanels fit construire une maison proche de l’église où il mourut et fut inhumé à Payzac.
Sous l’administration de ces divers curés et chapelains le village s’agrandit et on y établit une institution de frères et une communauté de Carmélites, mais pas sans de grandes difficultés.
En 1855, l’église est consacrée par Mgr Eugène de Mazenod, Evêque de Marseille et fondateur des Oblats de Marie-Immaculée.
Il s’était écoulé deux siècles, le 10 mai 1880, depuis le jour de l’acte de fondation de la chapelle et le pèlerinage de plus en plus fréquenté. Monseigneur Bonnet, le zélé évêque de Viviers, jugea que le moment était arrivé de consacrer le culte de la Sainte-Vierge à Notre-Dame de Bon Secours d’une manière éclatante et pour ainsi dire officielle dans tout son diocèse.
Par son mandement il invitait tous les fidèles à prendre part à une souscription pour faire don à Notre-Dame d’une brillante couronne qui serait placée solennellement sur la tête de la statue en présence de Son Éminence Monseigneur le cardinal Guibert, archevêque de paris, ancien évêque de Viviers, assisté de nombreux prélats et au milieu des populations convoquées de tout le diocèse. Cette fête fut fixée aux 21 et 22 août 1880.
Les temps n’étaient pas cependant favorables, les esprits étaient agités et troublés par les iniques décrets pourchassant les congrégations religieuses. Monseigneur Bonnet jugea qu’il n’y avait pas lieu de reculer, que plus la foi courait de dangers plus il fallait que chacun pût librement et publiquement la confesser.
Monseigneur avait raison, la fête fut magnifique malgré les entraves et les vexations de certains maires entre autres ceux de Lablachère et Joyeuse. Trente mille personnes acclamèrent la gloire de la mère du Sauveur.
Peu de temps après, le 4 novembre 1880, eut lieu la première expulsion des Pères, suivie vingt-trois ans après, en 1903 par la deuxième expulsion des Pères.

En 1930, l’église est élevée au rang de Basilique mineure.
Une Maison diocésaine est construite à partir de 1936 (Accord de Mgr Durieux, évêque de Viviers du 3 novembre 1935), en face du sanctuaire pour l’accueil des fiancés et de groupes de réflexion et d’échanges. Confiée aux Sœurs de Saint Joseph, elles y assurent l’accueil de pèlerins, de retraitants et de différentes rencontres et sessions. Depuis 1995, le pèlerinage est animé par les prêtres du diocèse.

Bibliographie et Remerciements

Une partie des textes affichés sur ce site ont été extraits des ouvrages ci-dessous:

Notre-Dame de Bon Secours en Vivarais, Marius Devès, 1925, Letouzey et Ané,
La persécution religieuse dans le Vivarais, X. Jevain,
Histoire de ND de Bon Secours en Vivarais, RP Delpeuch, OMI, Desclée de Brouwer et Cie, 1893,
Cahiers de mémoire d’Ardèche et temps présent. http://www.memoire-ardeche.com/ ,
Voyage dans le midi de l’Ardèche, docteur Francus, éditions de Candide, 3e édition 1976.
Merci à toutes les personnes qui m’ont prêté leurs documentations, ouvrages, photographies et cartes postales. Ce site existe grâce à elles et c’est aussi leur site.

Merci à Monsieur Louis de Malbosc de Berrias, dont les aïeux, catholiques fervents, ont joué un rôle prépondérant et déterminant lors des expulsions de 1880 et de 1903. Son très haut niveau intellectuel n’a d’équivalent que son talent de narrateur.
Merci à Monsieur Henri Belleville, maire de Payzac, pour m’avoir fourni le maximum de sa mémoire et de sa disponibilité.
Merci à Sœur Marie-Pierre pour l’historique sur la congrégation des sœurs de Saint-Joseph.
Merci à Michèle et Jacques Mutel pour leur documentation très fournie.
Merci enfin à Laurence Audibert, sans qui l’histoire de Notre-Dame contée et imagée sur ce site internet ne serait pas ce qu’elle est.