Beauzons en Cévennes ardéchoises 
Panoramique lablachere 31.jpg

Confrérie des chevaliers de l'olivier des Vans

De Beauzons en Cévennes ardéchoises
Aller à : navigation, rechercher
Défendre et célébrer l'Olivier


Olivier 16.jpg
Olivier 17.jpg

L’olivier, arbre des pays du soleil, est dit-on, né avec la Méditerranée et son histoire se confond avec celle de l’humanité. Après le Déluge, c’est un rameau frais d’olivier que la colombe ramena à Noé, premier signe de la vie revenue sur la terre. Sa culture est attestée en Syrie, Phénicie, Palestine, 3000 ans avant notre ère.
En Grèce, cet arbre consacré à la déesse Athéna était honoré comme le symbole de la paix et de la fraternité, lui dont les rameaux couronnaient les vainqueurs des Jeux Olympiques.
Avec l’essor de la colonisation grecque, l’olivier s’est répandu sur les bords de la Méditerranée, particulièrement sur la côte provençale, il y plus de vingt-cinq siècles.
Puis, il a gagné l’intérieur des terres jusqu’aux vallées de l’Eygues et de l’Ouvèze, en Baronnies, à la limite extrême de sa culture vers le nord.
Les olives et les huiles réputées qu’on en tire ont été les premières en France à bénéficier d’une appellation d’origine contrôlée (décrets de 1994). L’olivier contribue ainsi largement à l’économie et à l’attrait touristique du Nyonsais et des Baronnies. Il en est devenu l’arbre emblématique justifiant le profond attachement qu’ont pour lui leurs habitants.
D’autre part, des études récentes ont montré les bienfaits de la consommation d’huile d’olive dans la prévention des maladies cardiovasculaires, fléaux de notre époque, et la lutte contre le vieillissement. Associée aux aliments du régime méditerranéen, elle permet de garder un corps en bonne santé.

En 1963, naquit l’idée de créer une Confrérie dans le but de défendre l’olivier dont l’existence était menacée après le gel désastreux de 1956. Elle prit corps grâce à Pierre BONNET, ingénieur agronome spécialiste en oléiculture, à René DUCHET ancien préfet et secrétaire d’Etat et au Général DE VERNEJOUL qui fut le premier Grand-Maître de la Confrérie des Chevaliers de l’Olivier de Nyons. Pour célébrer l’olivier, de grandes fêtes virent le jour : en 1964, les Olivades et, vingt ans plus tard, la Fête de l’huile nouvelle ou Alicoque. La Confrérie, par ses nombreux Chapitres et par le parrainage de nouvelles confréries vouées à l’olivier, tant en France qu’à l’étranger affirme sa vocation nationale et aussi internationale. Les nouveaux chevaliers viennent renforcer son réseau d’ambassadeurs, chacun dans son domaine pouvant justifier de défendre un des points liés à l’olivier, quelles qu’en soient la variété et la zone de production.

  • 1980 : Les Vans (07)
  • 1990 : Aix-en-Provence (13)
  • 1992 : Montpellier (34)
  • 2000 : Baena (Espagne).

(documentation Confrérie des chevaliers de l'olivier de Nyons


Cliquez sur une vignette pour l'agrandir

Articles connexes